Incroyable : il manque 60 cm sous le viaduc !

lundi 15 décembre 2008
par  Bruno Poterie, ConsulTram
popularité : 44% Enregistrer au format PDF

D’après nos information, il semble bien se confirmer une nouvelle difficile à avaler : le viaduc sur la Maine, pourtant passant à hauteur du premier étage du Multiplexe, n’a pas été prévu assez haut ! Il manque 60 centimètres en hauteur !

L’ Agglomération aurait déposé devant le Conseil Général une demande d’autorisation de creuser la voie sur berges sous le viaduc du tram, pour abaisser celle-ci de 60 cm. Oui, vous avez bien lu : enfoncer la voie sur berges.

Le pourquoi de cet oubli incroyable : les services de l’Agglo auraient tout simplement oublié de prendre en compte la hauteur nécessaire au passage de certains convois exceptionnels, lesquels ne peuvent pas passer par le contournement nord à cause du tunnel. Pas plus que les camions à contenu dangereux, lesquels continueront à circuler sur la voie des berges ; la législation ne permet pas de les faire passer ailleurs. On a franchement du mal a concevoir comment une telle erreur a pu passer les phases de validation et de contrôle, sans même parler de celle de conception.

Résultat : pour abaisser sous le viaduc de 60 cm, il va falloir creuser sur au bas mot 400 voire 500 mètres. Je n’ose imaginer le prix, mais on peut être sûr que le surcout se comptera au miminum en centaines de milliers d’euros, et plus vraisemblablement en millions d’euros.
Si on en crois JC Antonini, celui-ci déclarait en 2006 que "(la trémie) supposait 20 millions d’euros de travaux, « sur la voirie départementale ! »". Effet d’annonce, la trémie elle-même ne représentait que la moitié de cette somme, mais ça donne une bonne base. Une fois lancée les pelleteuses, passer de 60 cm à 3 m c’est un tarif dégressif, si on peut se permettre l’expression.

Ensuite, il va falloir couper la voie sur berges et ses de nouveaux plus de 50.000 mille véhicules/jour pendant combien ? 5 jours ? 10 jours ? 3 semaines ? Ca va être le chaos, la circulation devant être déroutée : du pont Jean-Moulin à celui de la haute-chaine via Carrefour, le MIN et la rue du Maine, au plus court ; l’ancienne route de Paris jusqu’au pont de la haute-chaine, c-a-d bvd. Ayrault, Carnot, St Michel puis avenue Pasteur et Chatenay, au plus simple. A moins que les travaux se fassent en 2 phases, la moitié de la chaussée à la fois ; mais la durée sera alors le double, et le coût sera vraisemblablement supérieur.

Finalement, il y a ici une terrible ironie : alors que le maire et ses supporters refusaient par principe la solution toute simple d’un pont à niveau avec mise en trémie de la voie sur berges [1], les voilà obligés, par leur propre faute, de réaliser partiellement cette mise en trémie.

La solution pont à niveau avait été chiffrée par les services techniques pour l’enquête publique, à l’époque évaluée à 8,5 / 9 millions d’€. D’après monsieur Antonini, il y en avait en tout pour 20 millions. Le viaduc actuel en est déjà à 17 ou 18 millions d’€, et il va falloir en rajouter 1 voire 2. Finalement, n’aurait-il pas été plus simple de mettre en trémie ?


[1car leur plan futur, explicite, était de supprimer cette voie sur berges pour en faire une rue normale 2x1 voie avec feux et rond-point ; mais le report de la circulation du boulevard Foch, et l’erreur terrible de n’avoir réalisé qu’un demi-échangeur au-dessus de Carrefour, vont les forcer à abandonner ce projet - fort heureusement pour les angevins