Les masques tombent

mardi 2 octobre 2007
par  ConsulTram
popularité : 23% Enregistrer au format PDF

L’actualité angevine récente a permis de clarifier au yeux de tous un point important : le choix de la ligne actuelle est bien un choix politique et non un choix rationnel, et c’est monsieur Antonini lui-même qui a reconnu ce que nous critiquons depuis longtemps.

Il s’est gargarisé, lors du lancement du chantier du centre de maintenance, de ce que le projet était désormais "irréversible" ; politiquement, "un pas irréversible".

Et peu importe que les élections qui viennent puisse porter à la mairie et à l’agglomération une équipe prête à remettre en cause le tracé ; peu importe que le juge des référrés ait qualifié son jugement en écrivant "Il existe un doute sérieux sur la légalité de la DUP", formulation extrèmement rare et lourde de sens pour qui connaît le dialecte juridique, et donc ouvrant plus qu’une possibilité que nous gagnions sur le fond ; peu importe que le passage en centre-ville vient de se voir porter un coup fatal par les ingénieurs, malgré la tentative désespérée de nier le problème : messieurs Antonini et consors accélèrent le calendrier des opérations, et précipitent les travaux sur la partie Nord du tracé, espérant ainsi forcer la main de leurs successeurs et rendre le projet irréversible.

L’example manceau tout proche prouve abondamment que ce sont les travaux en Centre-Ville qui prennent le plus de temps, et Angers, au vu de la configuration de son centre, sera sans doute encore pire que Le Mans. Si on voulait lancer les chantiers dans un ordre rationnel, ce devrait être le centre en premier, et la préparation des réseaux sur le tracé ; et les autres chantiers ensuite. Mais voila, le but poursuivi est et reste un arrangement politique et non l’intérêt collectif, et on voit ce qui en résulte. Au moins, une chose est claire : les masques sont tombés, et les motivations sont cruement exposées.

Et pourtant, rien n’est encore joué. Certains se réjouissent peut-être un peu tôt, et au soleil d’Austerlitz pourrait bien succéder le brouillard de Waterloo.